Problèmes de santé

Endométriose, douleurs chroniques, névralgies, fibromyalgie.....

Les bénéfices de l'accompagnement

Mieux vivre sa maladie pour améliorer sa qualité de vie

Vous ne choisissez pas la maladie, mais autant que faire se peut, vous pouvez choisir la manière dont vous la vivez. Des outils, notamment issus de la psychologie positive, pourront vous aider à percevoir différemment votre maladie. Vous apprendrez également à mieux mobiliser les ressources dont vous disposez. Consciente de vos forces, vous serez non seulement plus épanouie et ouverte mais vous pourrez également améliorer votre vie quotidienne en les développant dans tous les domaines de vie. Enfin, activer le positif en vous et la confiance en l’avenir vous aideront à optimiser vos ressources.

Mieux gérer les douleurs

Avoir mal tous les jours, parfois de façon continuelle, épuise nos ressources mentales. Les ruminations mentales autour de la douleur ET de la maladie vont peu à peu s’accentuer et devenir envahissantes. Vous apprendrez à améliorer vos capacités d’attention, à diminuer les ruminations et à ne plus anticiper un épisode douloureux. Vous apprendrez des exercices de respiration qui permettent de mieux gérer la douleur en apportant une détente musculaire dans les zones douloureuses.

Apaiser le mental et les états dépressifs

Grâce à la visualisation positive pendant laquelle vous allez vous projeter dans des situations agréables, vous pourrez modifier votre perception de la douleur et ainsi atténuer les sensations désagréables. Vous apprendrez également à vous libérer de certains biais cognitifs (catastrophisation, anticipation négative, biais de négativité) qui empêchent de vivre sereinement votre quotidien et entretiennent les états dépressifs.

Se reconnecter à son corps de femme

La maladie complexifie le rapport à corps. Dans le cas de l’endométriose, il s’agit des douleurs pendant les rapports sexuels, infertilité, ménopause forcée… Cela peut entraîner le sentiment de ne plus être une « vraie » femme.
La sophrologie va vous aider à casser ce cercle vicieux en harmonisant le corps et l’esprit pour enfin se réapproprier votre corps de femme.

Mieux gérer le stress et la fatigue au quotidien

Les femmes atteintes d’une maladie souffrent parfois d’isolement à cause de leur maladie. Elles doivent supporter des sensations désagréables au quotidien qui les empêchent de vivre pleinement leur vie de femme.
De plus, les sensations douloureuses sont perçues comme une agression par le corps qui est alors stressé. Pour se défendre, le corps à une réaction chimique archaïque, il se prépare à « fuir » ou se « battre » et sécrète alors de l’adrénaline (hormone de la combativité). Cependant, à long terme le corps puise dans ses ressources énergétiques et s’épuise.
Avec des exercices de sophrologie basés sur la respiration et des mouvements doux du corps, vous allez apprendre à vous détendre, à chasser la fatigue et à retrouver de l’énergie !

Accompagner les traitements et suivis médicaux

Dans certains cas de maladie avancés, les femmes malades doivent passer de nombreux examens médicaux et suivre des traitements médicamenteux (antalgique, hormonal… ). Ce suivi est parfois mal vécu par les patientes.

La sophrologie et certaines techniques des TCC dites de 3e vague vont vous aider à apaiser les angoisses liées aux suivis médicaux pour vous aider à les aborder de façon sereine et détendue.

De plus, l’accompagnement peut aussi aider les femmes ayant des problèmes d’infertilité désirant devenir mère lors d’un parcours PMA.

Apprendre à gérer sa vie professionnelle avec sa maladie

Vous pouvez vous sentir contrainte par votre maladie, dans l’impossibilité de mener votre vie professionnelle sereinement. Vous apprendrez à connaître et à reconnaître le fonctionnement de votre maladie, anticiper les conséquences de celle-ci et mener un projet professionnel digne de vous tout en gérant votre quotidien avec une maladie chronique.

Pourquoi une prise en charge pluridisciplinaire de la santé des femmes est importante ?

endométriose
endométriose

Rappelons que si le sophrologue ou praticien TCC travaille en association avec les médecins et autres praticiens qui vous suivent, il ne peut en aucun cas se substituer à un traitement médical ou à l’accompagnement de votre médecin dans le traitement de votre pathologie.

Maladies chroniques chez les femmes : un problème de santé publique

La santé des femmes est un réel problème de santé publique. De nombreuses femmes souffrent de maladie chronique. Mais le diagnostic, comme la prise en charge, sont complexes.
Certes, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Mais si l’on parle d’espérance de vie en bonne santé, alors l’écart se resserre. Elle est de 64,9 ans pour les femmes et de 62,6 ans pour les hommes.
Les représentations sociales liées à la maladie jouent un rôle considérable. Les codes sociaux influencent également la façon dont un homme et une femme vont exprimer leurs symptômes. Ces facteurs peuvent retarder le diagnostic et la prise en charge.

Enfin, 64 % des personnes ayant reporté ou renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois sont des femmes contre 36 % d’hommes.
Ces aspects doivent être pris en considération lors de l’accompagnement d’une femme ayant des problèmes de santé : elle peut rencontrer des difficultés à être prise au sérieux, être lasse de l’errance médicale ou encore avoir intériorisée des injonctions qui l’empêchent d’évoquer sa souffrance. Elle rencontrera également davantage de difficultés dans la conciliation vie professionnelle / vie personnelle.

La prise en charge de la douleur, principale demande

La prise en charge de la douleur est la première des attentes des associations de patientes ayant une pathologie chronique.

Les demandes concernent également l’endométriose, les névralgies, la fibromyalgie, le cancer.

La douleur chronique est plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

L’endométriose concerne près d’une femme sur dix. Cette maladie ne se développant pas de la même façon d’une femme à l’autre, de nombreux autres symptômes peuvent y être associés. Malgré ses répercussions, cette maladie gynécologique est souvent sous-estimée et mal diagnostiquée. La plupart des patientes attendent entre 6 et 10 ans avant le bon diagnostic.
75 à 90% des personnes atteintes de fibromyalgie sont des femmes.

Le cancer frappe de plus en plus les femmes, au point qu’elles sont en passe de rejoindre les hommes. De plus en plus de jeunes femmes (âgées de moins de 35 ans) sont concernées.

Des conséquences sur tous les domaines de vie

Outre les aspects physiques, la vie sociale, personnelle et professionnelle peuvent également être impactées. Quel que soit son âge, la femme souffrant de douleurs (surtout lorsqu’elles sont intimes) ne se sent plus femme. Il y a une atteinte à l’image de soi, avec une perte de la féminité. Se répercutent alors un manque de confiance en soi et dans sa vie de couple mais aussi une mauvaise estime de soi. La maladie peut aussi entraîner un isolement, une fatigue chronique, etc.

Par ailleurs, l’anxiété, souvent importante dès l’annonce du diagnostic, n’est pas l’alliée de la malade. Le stress majore en effet les effets secondaires des traitements et affaiblit le système immunitaire.
Enfin, la prise en charge d’une maladie peut entraîner un lourd traitement médicamenteux et/ou hormonal, avec parfois de lourds effets secondaires. La sophrologie et les thérapies comportementales et cognitives peuvent favoriser la diminution de la consommation de certains médicaments et apaiser les effets indésirables.

Pour une prise en charge pluridisciplinaire de la santé des femmes

La prise en charge, notamment des douleurs, peut être lacunaire. Or, il a été montré que, pour être pleinement efficace, l’accompagnement dans la prise en charge de la maladie doit être multidimensionnel et souvent pluridisciplinaire. En effet, la dimension physique ne peut pas être correctement accompagnée sans considérer et écouter la douleur psychique et émotionnelle.

En sophrologie, le corps, le mental et les émotions vont de pairs, ils sont indissociables. Elle peut donc aider ces femmes à mieux gérer la douleur et à se reconnecter dans leur corps.
Par ailleurs, les thérapies comportementales et cognitives ont montré à réduire de manière durable les symptômes douloureux et le handicap, et à soulager les troubles de l’humeur.

Les thérapies comportementales et cognitives présentent une certaine efficacité pour diminuer l’invalidité associée à la douleur chronique. Elles peuvent également réduire la dépression, l’anxiété, l’invalidité et, dans certains cas, la douleur.

La sophrologie et les thérapies comportementales et cognitives ont toute leur place, dans leur approche globale de la personne, pour un accompagnement de qualité des différents symptômes des maladies chroniques.

Maladie et souffrance psychologique : le cercle vicieux

Les conséquences de la maladie sont très différentes d’une femme à l’autre. Leurs besoins en termes de soutien psychologique sont tout aussi variables. Quand certaines ont besoin de trouver des solutions pour gérer leurs douleurs de façon non médicamenteuse, d’autres recherchent une oreille attentive afin de partager leurs difficultés dans leur vie familiale, de couple, professionnelle, sociale… On retrouve aussi beaucoup de frustration, notamment due au fait que l’on “minimise” la maladie, qui pourtant dirige leur vie.

Un cercle vicieux se crée : la fatigue chronique, la douleur quotidienne, la frustration, l’anxiété et le stress, la dépression. Les symptômes s’accentuent entre eux, ce qui crée un cercle vicieux très difficile à briser. Plusieurs études soulignent que la maladie chronique augmenterait les risques de développer une dépression. Il est alors très important de prendre soin de sa santé psychologique sans attendre l’aggravation des symptômes.

A qui s'adressent mes accompagnements?

  • Malades : Toutes les femmes souffrant d’une maladie chronique, affaiblissante et de douleur incessante; qui se sentent plus dans la survie que dans la vie.
  • Proches : Dans un esprit d’accompagnement plus global, j’accompagne les aidants proches pour leur permettre de prendre du recul et de se relier à leurs capacités à soutenir le proche parent en souffrance.

Le déroulement de l'accompagnement

La prise en charge de la douleur chronique : une expérience intime

La sensation de douleur est une expérience physique et émotionnelle personnelle très complexe et subjective. Chaque douleur est à prendre en compte à sa juste valeur, qui n’est autre que le ressenti intime de la personne en souffrance. C’est une réalité qui ne m’est pas inconnue, puisque l’on m’a diagnostiquée une endométriose après plusieurs années d’errances médicales. C’est la raison pour laquelle j’ai à cœur de proposer des exercices adaptés dans le cadre d’un accompagnement qui place la personne, dans son intimité, au centre des soins.

La sophrologie et les TCC, si elles ne se substituent pas aux traitements médicaux en cours, sont reconnues comme des techniques complémentaires efficaces dans le cadre d’une approche globale de la maladie. Elles n’ont pas vocation à faire disparaître la douleur mais elles peuvent aider dans le chemin vers le mieux-être en agissant sur l’ensemble des composantes de la douleur : sensorielles, cognitives, émotionnelles, comportementales.

A travers des techniques que vous vous approprierez, vous apprendrez à prendre du recul sur votre corps et vos modes de pensées afin de mieux gérer votre maladie et son impact sur votre vie.

Concrètement, je vous propose et vous enseigne des exercices simples et adaptables permettant de réduire l’intensité de vos douleurs aiguës ou chroniques. Vous pouvez par la suite réutiliser en autonomie ces techniques afin d’améliorer votre quotidien et soulager votre douleur ou l’inconfort des gestes invasifs et/ou douloureux.
La pratique de la sophrologie et des techniques des thérapies comportementales et cognitives vous aidera également à redécouvrir votre corps qui n’est pas que maladie ou douleur, pour continuer à vivre et prendre du plaisir.
Enfin, une attention sera portée à la psycho-éducation concernant le lien biologique entre la douleur et le stress lié à la maladie.

Le déroulement de l'accompagnement

Partenariats

Pour optimiser votre prise en charge, je suis membre et travaille avec les professionnels des réseaux RESENDO et Endofrance.

Intéressé.e.s ?

Contactez-moi !


    en visioà domicileen cabineten groupe

    J'accepte que Dorianne Denne conserve mes données afin de me contacter et assurer le traitement de ma demande